L’utilisation de la recherche vocale grimpe en flèche depuis les dernières années, une tendance qui devrait continuer à croitre dans les années à venir, et même le PDG de Google, Sundar Pichai le dit. Il semblerait qu’aujourd’hui 20 % des requêtes mobiles sont vocales. Pour les marques, l’avancement des technologies sert aussi à avoir une meilleure compréhension des utilisateurs, elles l’intègrent dans leurs stratégies d’optimisation.

C’est quoi ?

Il s’agit d’une technologie qui se base sur la reconnaissance vocale. C’est tout simplement un moyen pour les utilisateurs de faire une recherche en parlant à haute voix plutôt que de rentrer sa recherche dans la barre de recherche de son navigateur. La recherche ensuite s’effectue très rapidement, elle dépend aussi de la qualité de la connexion internet ou du réseau bien entendu. Après cela, la réponse délivrée sera une réponse précise et non une page de résultats comme lors d’une recherche classique. J’en ai déjà parlé dans un article, les beaucoup d’assistants vocaux ont déjà été conçus dans ce but (Siri, Alexa, Google Assistant, Google Now…), ces derniers sont les plus couramment utilisés par les utilisateurs. Cette manière de faire est effectivement assez novatrice et pas toujours au point pour certaines recherches, mais dans l’ensemble, on trouve toujours ce que nous sommes venus chercher.

Les mobiles et tablettes représentent aujourd’hui 60 % du marché en ligne (annoncé par Google), cela signifie alors qu’il y aura des conséquences à prévoir sur le contenu SEO.

 

L’essor du marché

A partir de 2016, sur Google les recherches vocales ont été multipliées par 35 par rapport à 2008, et d’ici 2020, 30 % des recherches effectuées le seront sans même avoir besoin d’un écran, on fait évidemment référence aux assistants vocaux encore une fois.

Nous avons tous entendu il y a quelques mois que « 50 % des recherches se feront vocalement d’ici 2020 », il se trouve que cette statistique annoncée est en fait totalement fausse. Elle vient en fait d’une interview d’Andrew Ng, qui travaillait chez Baidu en tant que Chief Scientist. La vrais citation qu’il à énoncée est « Dans 5 ans, au moins 50 % de toutes les recherches se feront au moyen d’images ou de la voix » cela n’a évidemment pas le même sens.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut pas considérer de marché comme étant en plein essor, il l’est bien entendu ! Preuve en est, les chiffres montrent qu’un possesseur de smartphone sur deux utilise sa recherche vocale, et même mieux que cela, un sur trois l’utilise quotidiennement.

De même, preuve que l’idée est bien ancrée dans la tête des consommateurs, 40 % des utilisateurs de cette recherche vocale envisagent d’acheter une enceinte à commande vocale.

 

Pourquoi cet engouement pour la voix ?

Comme je l’ai énoncé précédemment, il est évidemment plus rapide de s’exprimer oralement que d’écrire, un humain peut énoncer 150 mots en moyenne par minute mais ne peut en écrire que 40. C’est d’ailleurs ce qui est privilégié par les utilisateurs de recherche vocale : la rapidité d’action.

Ce qui plait aussi c’est qu’il est possible d’effectuer d’autres taches dans le même temps, la conduite par exemple, pour 42 % des utilisateurs c’est une des raisons pour lesquelles ils aiment utiliser la recherches vocale. Amazon a même lancé un boitier spécialement pour cette cible, l’Echo Auto qui permet de bénéficier des services d’Alexa quand vous êtes au volant. Nous en sommes encore aux prémices de cette technologie, preuve en est, de nombreux constructeurs ont même pour projet d’intégrer directement Alexa à l’intérieur des voitures dès leur construction.

 

Comment la recherche vocale change le SEO ?

Naturellement, cette montée en puissance survient en adéquation avec la montée du nombre de personnes possédant un smartphone dans le monde naturellement. Les utilisateurs sont plus susceptibles effectivement de privilégier leurs mobiles pour effectuer une recherche, plutôt que leur ordinateur.

Une autre étude cette fois menée par Northstar Research a montrée que 55 % des adolescents utilisent cette manière de rechercher une information au moins une fois par jour, et de même, les adultes qui l’utilisent, le font beaucoup pour demander leur chemin.

De ce fait, il se trouve que les recherches vocales ont 3 fois plus de chance d’être « locales », ce qui est aussi facilité par la géolocalisation généralement activée. D’ailleurs les entreprises mettent de plus en plus en place des optimisations SEO afin de rester compétitives, la recherche vocale est un avantage pour elles.

Les requêtes conversationnelles : Une des raisons pour lesquelles la recherche vocale est privilégiée c’est parce qu’il est plus pratique de dire une requête vocale oralement que de l’écrire. Enoncée oralement, la recherche se fait naturellement.

 

Comment adopter la recherche vocale dans une stratégie SEO ?

Les recherches vocales se trouvent être plus longues et plus informelles que celles faites à l’écrit, il est donc important d’intégrer ce fait dans sa stratégie SEO. Dans un site il faut alors créer du contenu qui correspondra à ce ton informel et conversationnel.

De même, un bon moyen de comprendre comment cela fonctionne est de vous faire votre propre idée en effectuant des recherches vocales. Ainsi vous pourrez voir comment ressort votre site sur les recherches en fonction des recherches que vous allez effectuer. Il faut aussi vous poser les bonnes questions, vous demander ce que les internautes pourraient se demander et quoi mettre pour que vous puissiez tomber dans les premiers résultats lors de leurs recherches.

Tour d’horizon sur l’Europe

La région du monde ou on utilise le plus la recherche vocale est la région Asie-Pacifique, plus d’un internaute sur deux l’utilise pour ses recherches au quotidien. L’étude a été menée sur tous les appareils confondus.

De l’autre coté, l’Europe est la région du monde ou on l’utilise le moins (28 %), c’est aussi lié au fait que les européens, de manière générale sont les plus réticents par rapport à la possession des derniers objets des technologies high tech. Cette réticence fait aussi suite à tous les scandales en tout genre qui ont entouré le monde du digital et des affaires autour des GAFA. Le marché asiatique est celui qui enregistre la plus grande croissance à ce niveau la avec L’Indonésie, l’Inde et la Chine en tête.

A l’échelle mondiale, 37 % des internautes mondiaux ont déjà utilisés la recherche vocale selon une étude de 2018.

En France, 19 % des internautes ont utilisés la recherche vocale en 2018, chez les britanniques, ils étaient 26 %, en Italie 30 % et en Espagne 27%.

Si on essaye de voir pour quel motif les internautes utilisent la recherche vocale aujourd’hui, pour 67 % d’entre eux c’est pour écouter de la musique, pour 34 % c’est pour effectuer un achat, pour 57 % c’est pour connaitre la météo…

 

Pourquoi ça bloque encore..?

Il se trouve que 35 % des français expriment encore un rejet vis à vis des enceintes connectées. Car pour plus de la moitié d’entre eux, la peur principale est celle d’une collecte de données qui serait non maitrisée, et vu les histoires des écoutes avec l’enceinte Alexa, les peurs se sont intensifiées. Pour un tiers des français, la peur vient du fait de ne pas avoir assez de résultats de recherche.

Ce qui confirme un peu plus encore la peur des français vis à vis des enceintes connectées et de l’espionnage de leurs vies privées, c’est que c’est le sujet n°1 sur les réseaux sociaux par rapport aux discussions sur les enceintes connectées.

Cependant c’est aussi lié au fait que ce marché est relativement récent et que la confiance de chaque individu envers l’inconnu est assez limitée. De toute façon la tendance des recherches vocales tend à s’intensifier et l’incertitude sera remplacée par l’envie de découvrir et de se simplifier la vie. Il faut laisser le temps au temps…