Faites vous parti des 73% des français qui disent ignorer ce qu’est l’écologie digitale ? Le problème avec cette pollution la, c’est qu’elle n’est pas visible, enfin du moins, pour l’instant c’est l’impression qu’elle donne. Elle prend beaucoup de formes différentes, que ce soit par tous les emails qui dorment dans votre mail et que vous conservez, toutes les notifications que vous recevez au cour d’une journée sur votre smartphone, les heures que vous passez à regarder des vidéos sur Youtube ou vos séries préférées sur Netflix, tout cela pollue, et même beaucoup…

 

C’est quoi ?

La différence entre une usine qui va rejeter des grosses fumées noires qui nous paraissent nocives (et qui le sont la majeure partie du temps) et les data centers, c’est que l’un est visible aux yeux de tous, pendant que l’autre est bien souvent dans un endroit isolé et ne rejette rien de bien visible. On à du mal à imaginer qu’un data center puisse réellement avoir un impact écologique, en revanche, c’est bien le cas, les milliards de données traitées tous les jours génèrent énormément de CO2. La première définition de l’écologie digitale est « l’étude de l’impact des pratiques digitales dans le but d’en limiter les effets nuisibles pour l’environnement ». Il ne faut pas la confondre avec l’écologie numérique qui elle concerne plus la manière de fabriquer l’appareil de part l’utilisation de certains matériaux.

La pollution digitale en elle même est engendrée par le fonctionnement global d’internet; elle est responsable d’une grosse partie des émissions de CO2 aujourd’hui dans le monde, ce triste bilan ne devrait aller qu’en s’empirant dans les années à venir.

Pour que vous puissiez y voir plus clair, sachez que chaque jour, 3 milliards d’internautes vont utiliser plus de 9 milliards d’objets connectés qui génèrent de la pollution digitale, ceci additionné à l’impact des serveurs web. On estime que les émissions de gaz à effet de serre arriveraient à 1,2 fois celle de la France quotidiennement.

 

Quelques chiffres

    • 10 % de la consommation française est produite par les data centers
    • 80 % des mails reçus ne sont jamais ouvert
    • 2 % des émissions de CO2 planétaires sont générées par internet, ce chiffre va doubler en 4 ans
    • Les émissions du web représentent autant que celles de l’aviation civile
    • Supprimer 30 mails dans sa boite mail revient à économiser la consommation d’une ampoule pendant 24h
    • 6g de CO2 : le poids d’une recherche sur Google
    • En France, chaque seconde, 45 kg de déchets électriques sont consommés.
    • Dans une société de moins de 100 employés en France, un salarié envoie en moyenne 33 mails par jour, c’est l’équivalent d’un trajet de 1000 km en voiture.
    • Dans le monde : toutes les heures il y a 10 milliards d’emails envoyés, c’est la production de 15 centrales nucléaires en 1h ou 4000 tonnes de de pétrole.

 

La « pollution dormante »

Il s’agit de la pollution qui est générée au stockage des emails. Tous ces emails sont conservés dans les data centers qui consomment énormément rien en réalité… Aujourd’hui cependant des solutions existent pour afin de freiner ses émissions de CO2, par exemple il y a la plateforme Cleanfox qui permet de faire le tri dans les boites mail. Les newsletters sont détectées et Cleanfox propose de faire le tri la dedans.

Il y a aussi NewmanityMail qui est une boite mail qui se dit respectueuse de l’environnement. Toutes les données sont stockées dans des data centers écologiques vers Amsterdam. Tout est alimenté par des énergies renouvelables et la boite mail est gratuite pour les particuliers. Il y a un abonnement possible pour les entreprises et 20 % des revenus sont utilisés dans des projets qui luttent contre la pollution de manière générale.

 

Les français ont besoin d’un changement de la part de l’état et des entreprises

Par rapport à l’écologie, le jour du dépassement mondial est fixé au 2 août 2018, tout le monde le sait mais personne n’agit réellement. Les français ont globalement envie que les entreprises réduisent leur impact écologique lié à leurs activités digitales. Il n’y a qu’un quart des français qui estiment que les sociétés font des efforts en ce sens. En tout cas ce qui ressort aussi des études c’est que 80 % d’entre eux disent que le fait de savoir qu’une entreprise fait des efforts en ce sens pousse leur fidélité envers la marque.

Evidemment tout ne repose pas sur les épaules des entreprises, le gouvernement a aussi un rôle à jouer dans l’engagement à l’écologie digitale. 77 % des français veulent que le gouvernement aille dans cette direction, jusqu’a devenir un champion mondial de l’écologie d’ici à 2023, la France doit pouvoir montrer l’exemple.

 

Quelques petites actions au quotidien

  • Mettre ses photos sur un disque dur au lieu de tout stocker sur le cloud
  • Passer votre portable en mode avion et éteindre les appareils électriques la nuit
  • Lorsque vous regardez la télévision, privilégier de passer par la TNT plutôt que par internet
  • Eviter de laisser tourner votre box internet lorsque vous n’êtes pas chez vous
  • Quand un appareil est endommagé, essayer de le faire réparer avant d’avoir le réflexe d’acheter un nouveau
  • Faire vos impressions en recto-verso